Les Vestiges : Préhistoire et Antiquité

PRÉHISTOIRE :

Les Sabots de Monterot ou la Pierre du pas de Saint Maurice :  Lieu-dit Monterot, dans un rocher de porphyre, apparaissent des gravures en forme de sabots d'équidés qui seraient les vestiges d'un culte solaire du néolithiques (4000 av. JC).  Le site aurait été Christianisé par St Martin au IV e siècle.                                                      Ces gravures, ont donnés naissance à une légende ;  « Saint Maurice, il aurait été substitué à St Martin..., poursuivi par des malfaiteurs, fait faire à sa monture, une enjambée qui le porte d'un pré de Champlévrier à mi pente du Buisson du Persil, au-dessus de  Mont-Theurot, 1600 mètres à l'est, ou les deux sabots de son âne sont encore imprimés dans la roche ». A noter, à proximité de chaque site, un champ cadastré « champ du soleil ».

                                                                ANTIQUITÉ :                                                                                                                                                                                                                                  Le chemin ferré au sud du hameau de Las : Il s'agit vraisemblablement d'une ancienne voie gauloise qui reliait, par le sud, Decize à la capitale gauloise des Eduens, Bibracte.                                                               Les chemins ferrés, sont ainsi appelés, parce qu’ils résistaient au passage des véhicules à roues cerclées de fer. On observe, sur quelques mètres, les deux bandes de roulement en pierres noires et dures.   >>>>>>>>>>>>>>                                                                               Si, comme l'écrit Napoléon III, la bataille des Helvètes a eu lieu sur la commune de Millay, entre Fougères et le Grand Marié, 368000 Helvètes et leurs alliés, auraient emprunté cet itinéraire, il y a plus de 2000 ans, pendant leur tentative de migration en Gaule, alors qu'ils étaient poursuivis par Jules César.

  

Le champ des Romains ou Ville romaine, Montcharlon : D'après BAUDIAU vers 1860, « près de Montcharlon, au nord-ouest (du bourg) dans un champ encore connu sous le nom de Ville-Romaine, il existait autrefois une antique villa gallo-romaine. Des fragments de marbre, de tuiles à rebords, de poterie, des médailles d'empereurs romains... (IIe au IVe siècle), y ont été découverts en diverses circonstances. »                                                                                Le comte de Soultrait vers 1875, précise : « ... vestiges d'un établissement romain de quelque importance... »         

 

Nota : le champ des Romains et ville romaine, n'apparaissent pas sur les différents cadastres